Karen Young – S’attaquer aux problèmes de santé mentale en ligne et sur le terrain

Blogueuse invitée : Karen Young

Blogueuse invitée : Karen Young

D’après Statistique Canada, l’incidence de maladies mentales est la plus élevée chez les jeunes de 15 à 24 ans. Particulièrement en ce qui concerne l’éducation supérieure, l’Enquête nationale sur la santé de la population—menée en 2013 auprès de plus de 34 000 étudiants canadiens de niveau postsecondaire—a constaté l’augmentation de presque tous les types de problèmes psychologiques, dont la dépression, l’anxiété, les troubles de l’attention et de toxicomanie, et le stress croissant à un niveau débilitant. La Commission de la santé mentale du Canada affirme que les problèmes de santé mentale ont coûté 6 milliards de dollars aux entreprises en 2011.

Mon expérience vécue concorde avec les statistiques nationales.

Pendant un an et demi durant mes études de premier cycle à l’Université de Toronto à Scarborough (UTSC), j’ai consulté un intervenant psychosocial qui m’a aidé à composer avec l’anxiété et un trouble dépressif. Même si je n’ai jamais été cliniquement diagnostiquée, je n’étais pas aussi productive qu’auparavant et je ne réussissais pas à maintenir ma moyenne pondérée cumulative (MPC).

Mes notes ont de nouveau baissé à la fin de ma deuxième année lorsque mes sessions chez l’intervenant psychosocial ont pris fin et j’ai commencé mon premier emploi à temps plein dans le cadre du programme coopératif. Comme mes travaux de cours, mes affectations étaient essentiellement autogérées. J’ai cependant été surprise d’apprendre que, contrairement à ma période de formation en classe et malgré le fait que je payais les droits du programme coop en plus des frais de scolarité parmi les plus élevés au pays comme étudiante postsecondaire en Ontario, je n’avais pas accès aux services de soutien essentiels à mon bien‑être.

À moins de m’inscrire à un cours, ce qui est déconseillé pendant un emploi coop à temps plein, je ne pouvais plus consulter l’intervenant psychosocial comme je le faisais régulièrement ni utiliser le centre de conditionnement. Parce que je n’étais pas une employée à temps plein ou à long terme, je n’avais pas droit aux prestations de maladie. D’autres options ne convenaient pas à mes besoins. Comme je n’avais plus accès aux services de consultation pour étudiants, j’ai dû me contenter de ce qui m’était accessible. Après mon stage coop, j’ai appris que d’autres étudiants étaient dans la même situation, qu’ils étaient passés entre les mailles du filet.

Non seulement est‑il essentiel de venir à bout des problèmes de santé mentale pour améliorer l’état de santé d’étudiants qui ont le plus grand besoin de services, il est aussi primordial que les étudiants reconnaissent, puisqu’ils occuperont un jour des postes de gestion, l’importance cruciale de traiter les questions de santé mentale.

C’est là qu’entre en jeu MindsMatterMagazine.com. Ce nouveau carrefour d’information en ligne de l’UTSC vise à humaniser les perceptions de la santé mentale et à explorer les approches proactives pour aider les étudiants ainsi que leurs amis et leur famille à évoluer dans un monde au rythme accéléré de plus en plus stressant.

Notre équipe de 26 étudiants et récents diplômés de l’UTSC s’occupe de trois priorités qui, à notre avis, ne sont pas considérées comme urgentes dans les interventions actuelles face aux problèmes de santé mentale au Canada. Tout d’abord, l’intersectionalité – la reconnaissance et l’éclairage des expériences interreliées de personnes issues de milieux marginalisés, qui compliquent souvent la lutte pour vivre dans la dignité et la santé. Ensuite, la conscience agissante – la mobilisation de notre lectorat pour qu’il s’active et apprenne par l’action; et troisièmement, le rétablissement grâce à l’appartenance à la communauté – la guérison dans un environnement bienveillant et créatif.

Parmi les initiatives, mentionnons la collaboration avec le bureau du registraire de l’UTSC et les Services d’accessibilité pour élaborer un programme de bourses en santé mentale en fonction des besoins et du mérite; la réception de communications dans le cadre d’un concours d’expression écrite de portée mondiale, en partenariat avec le magazine littéraire de l’UTSC; le travail en collaboration pour former les professeurs sur les troubles de santé mentale des étudiants et coordonner des lieux de décompression pour ces derniers, de concert avec le Centre de santé et de bien‑être de l’Université.

L’intervention dans les problèmes de santé mentale est avantageuse pour tout le monde. Si elle est pratiquée dans les différents contextes scolaires, tant au premier cycle qu’aux cycles supérieurs, et en milieu de travail, elle permet de s’attaquer aux problèmes pour ce qu’ils sont, c’est‑à-dire des difficultés pour la société et pour l’individu.

Karen Young est étudiante de cinquième année en psychologie et santé mentale à l’UTSC et étudiante boursière nationale 3M 2015. Elle est aussi fondatrice de l’initiative Le bien-être mental, avant tout!

À notre avis, les blogueuses et blogueurs invités expriment leurs propres avis, et pas nécessairement ceux du COQES.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *